Toute la saison 2009

Salut tous !
J'ai souhaité ce blog pour vous faire partager ma passion et mes projets à venir.
Fendu de sports avant tout, le goût de la vitesse m'est venu avec la pratique du ski alpin en compétition.
Ensuite, 14 ans de compétition de ski de vitesse (ou Kilomètre Lancé) m'ont permis de découvrir des sensations inexpliquables, des montées d'adrenaline uniques, mais aussi un développement sensoriel, corporel et instinctif que je ne soupçonnais pas.
La vitesse, oui ! mais sans motorisation et avec tout le développement physique et mental nécessaire à la maitrîse de celle-ci...quelle richesse !
Fin avril 2007, j'ai mis un terme à ma carrière de skieur, avec le sentiment de travail accompli, d'avoir vécu l'inexplicable au commun des mortels.
Record perso : 243,41 Km/h - 3 x Champion de france (1997, 2000, 2006) et 2 podiums Mondiaux.

La page KL est tournée,...et un vieux rêve me revient à l'esprit, le livre d'un certain José Meiffret, lu quand j'avais 15 ou 16 ans. Lui aussi allait vite, très vite et sans moteur non plus,...sur un vélo !

Et pourquoi pas devenir le premier à franchir les 200 km/h en ski et en vélo ? un projet fou, mais l'idée est lançée. L'avenir me dira si j'avais raison.

L'aventure commence en février 2009.


29 mars 2009 - Que de questions avant ces premiers essais en grandeur réelle. Les mois d'hiver ont été necessaires à la mise au point du vélo, trouver un pilote de confiance, j'en ai même trouvé 2, trouver le lieu le plus sécurit possible.
Pour le vélo : Beaucoup de pièces de recup, un vieux cadre Corima ressorti du grenier et surtout, un pédalier sur-mesure de...90 dents !
Après avoir résolu les quelques soucis dûs à ce gros plateau, le vélo est fin prêt. Reste à voir dans la pratique.
en ce 29 mars, il fait plutôt froid, 6°C. La ligne droite en question fait 2 km, un peu court je pense, mais pour les premiers tests, cela suffira largement. Pascal, mon pilote, est aussi tendu que moi. Pleins de questions nous envahissent : le vélo va-t-il tenir le coup ? Pascal va-t-il rouler assez modérement ? les vitesses vont-elles fonctionner ? et la chaine de 136 maillons, ne pourrait-elle pas sauter ?
Et puis, au bout de 3 essais, pleins de réponses apparaissent. Le vélo roule très bien, la communication fonctionne, mais que dans un sens : je peux parler au pilote, mais lui, je ne l'entend pas. La gestion de l'accelération du véhicule est dure à gérer, la distance d'élan parait trop courte.
Résultat : 80,3 Km/h au meilleur. (voir photo en direct live !)
Tout le monde est soulagé. Mais les sensations me font penser que rouler beaucoup plus vite va être un chemin de croix ! Etais-je bien à l'abri derrière ce véhicule ?

Acte 3 : Apprentissage…à 100 km/h 

            19 avril - Après 2 journées annulées pour raison météo, nous tentons avec un nouveau véhicule et si possible, atteindre les 100 km/h, quitte à utiliser une descente.

Stéphane, cycliste de bon niveau et séduit par le projet sera pilote. Après 2 runs, les 100 km/h sont en point de mire. La voiture répond à nos attentes. Lors du 2ème run, un véhicule nous pousse à décélérer, nous l’avons rattrapé !

3ème run : nous passons à + de 100 Km/h en toute confiance, bien qu’il faille rester extrêmement lucides face aux turbulences. Je me crois revenu en ski de vitesse…

            Sur ces bonnes sensations, nous prenons la direction d’une ligne de 4,5 km, dans l’espoir de confirmer sur le plat. Ce lieu deviendra notre ligne droite de test.

Stéphane gère très bien l’accélération. Après 2 km, je pédale à + de 90 km/h, mais un ennui technique nous fera abandonner : le hayon de la Punto se referme sous l’effet de la vitesse, pas trop envie de finir assommé.

5 runs : 79.4 / 81.8 / 91.8 / 101.5 / 91.8

21 au 26 avril. La météo est annoncée au beau fixe. quel pied, nous allons poursuivre nos tests. Manque de bol, il fait beau, mais le vent souffle en rafale à + de 50 km/h. José Meiffret parle souvent du risque lié au vent, donc aucun essai ne sera effectué durant la semaine, les boules !
J'en profite pour vous présenter le bolide, version 1 :

Cadre CORIMA Puma,
Plateau de 90 dents,
Chaine de 136 maillons,
Roues Proto TIME renforcées,
K7 10V, dont je peux utiliser seulement 7 pignons (11-17),
Pneus HUTCHINSON (bientôt des tests avec les Tubeless montés sur les RT1),
Pédales Time RXS,
Dérailleur Shimano.
A noter l'arceau de sécurité sur la roue Av, en cas de "touche-touche" avec le véhicule.

27 avril. Enfin le vent se calme, et les guiboles démangent grave ! Stéphane me propose de tester derrière son Renault Kangoo. Bonne idée à priori, surtout que nous avons travaillé sur le blocage des portes AR.

3 essais plus tard, c’est une remise en cause totale : il m’est pratiquement impossible de rester collé à la voiture, le pouls décolle (190) pour pouvoir simplement rester au contact. Je fini les essais complètement « vidé » physiquement et mentalement. Vais-je continuer ? Est-ce uniquement un problème de pare-vent ? Le record du jour ne me rassure pas.

            Sans tirer de conclusion trop rapide, je pense à ces essais et envisage déjà de revoir le véhicule. Il n’y a qu’un nouvel essai pour me rassurer.

3 runs : 89 / 87.5 / 94.2

3 mai. J’ai une qualité ou un défaut, je suis borné. Sous le pilotage de Pascal, nous allons tenter 3 nouveaux essais avec la Punto, coffre ouvert,... et bloqué. La réponse ne se fait pas attendre : 94,5 en échauffement. Ensuite, après avoir étudié des points stratégiques d’accélération, nous passons à + de 100, puis 110 km/h !

            Nous sommes très satisfaits, les réponses sont là. Et nous irons plus vite, nous en sommes persuadés.

            Un autre paramètre technique touche à ses limites : le cadre du vélo, qui a déjà bien vécu, n’a pas une stabilité démoniaque. Le changement est prévu dans quelques jours.

3 runs : 94,5 /101,5 / 110,3.

7 mai. Pour cette fois, avec Stéphane, la soirée semble idéale, bien que que le vent commence à se lever. Le premier run à + de 100 km/h, sans aucune difficulté, nous rassure sur notre communication, nous sommes bien synchro. Mais ensuite, retour à la réalité, nous sommes sur route ouverte, et la circulation ne nous permet pas d’accélérer. Pire encore, lors du 2ème run, un véhicule nous double à + de 90 km/h,…pour freiner et tourner à gauche 150m plus loin. Vigilance et concentration avant tout !

            Après plusieurs minutes d’attente, nous tentons un dernier run. Celui-ci nous confirmera notre meilleure vitesse, mais le vent latéral aura raison de l’accélération.

4 runs : 107, 7 / annulé / annulé / 111,2.

9 mai. Ce problème de circulation nous a permis de réfléchir à une solution : programmer les runs au petit jour. Avec Stéphane, nous entamons cette période d’essai à 7h30. Nous pensons gérer au mieux ce 1er run, car le nouveau vélo, monté de la veille, reste la question technique du jour.
Et pourtant. Presque 110 de bon matin, incroyable !

            Il nous reste à gérer, se concentrer pour les autres essais. Nous sommes dans une bonne phase. En test 2, j’ai moins bien géré l’accélération et j’ai fait l’accordéon à quelques reprises.
Puis, le must, un dernier run quasi parfait, nous sommes récompensés…vers 8h30.

3 runs : 109,4 / 115,5 / 120,4
  

Nouveau cadre :
TIME RXR Ulteam
Montage identique au Corima








16 mai. Changement de véhicule pour la 4ème fois. Nous anticipons le fait que la Punto aura du mal à m'emmener à 130 km/h avec coffre ouvert. Titi, the pilote, me conseille son Espace et...bonne pioche ! Abri presque parfait, vision très élargie pour moi. Seule correction à apporter : la garde au sol. L'espace est plus haut, des turbulences se créent et font bouger l'avant du vélo.

Seulement 2 runs à cause d'une circulation assez dense. Après un échauffement à "110", nous nous lançons avec de bonnes ambitions. Durant la 1ère partie de ce run, j'ai donné un coup de pédales un peu fort, et je me suis vu toucher la pare choc. Du coup, j'ai freiné et reculé de 3m. j'ai du mettre environ 400m pour revenir à l'abri du vent...les cuisses en feu ! J'ai hésité à couper mon effort, puis nous nous sommes bien relancés. Et tant mieux, record battu !

2 runs : 110,6 / 124,0

 

22 mai - Nous reprenons notre bonne vieille Punto pour cette série de tests, qui doivent nous confirmer plusieurs choses : les limites de la voiture et rouler à + de 120, coffre ouvert.

1er test : très bon run, bien géré par Stéphane. Mais le verdict est là, la Punto ne peut pas aller plus vite.

2ème test : à vite oublier. Nous avons voulu accélérer plus vite. Résultat : j’ai été décroché 2 fois, les cuisses à 100° C…

3ème test : sur les bases du premier, nous accélérons très bien. La circulation à contre-sens aura raison de notre run, un frein de plus à la Punto.

Sur le retour,  nous avons effectué environ 10 km en condition de run, à 60 de moyenne.

Cette journée marque la fin de l'aventure avec notre Fiat, Merci pour tout.
Dernier point : la 1ère vidéo a été réalisée ce week-end, en ligne dans quelques jours !

3 runs : 122 / 100 / 118.9

24 mai - toujours avec Stéphane, nous tentons de nouveaux tests, 2 jours après les derniers, et surtout, après une bonne sortie de 3h hier après-midi avec mon club.
Tout cela était une très mauvaise idée. Super condition météo, mais malheureusement, j'étais dans l'incapacité d'accélerer en milieu de parcours : jambes lourdes, très lourdes, FC en hausse. De plus, le Mériva ne m'a pas donné entière satisfaction.
Une journée à oublier très vite, et repos obligatoire !
encore un peu de temps pour la vidéo, ça va arriver...

2 runs : 105,1 / 109.6

 

30 et 31 mai – Ce week-end est un peu l’objectif de la saison. Dans le cadre d’une cyclosportive, nous sommes invités par les organisateurs à effectuer un test de vitesse sur la A19, qui doit ouvrir à la circulation dans 15 jours. Le but serait de passer les 130 et ainsi dépasser la limite autorisée en France.

Avec Pascal (et Romain notre reporter), nous arrivons sur place le samedi. L’affaire commence mal. Nous avons fabriqué un pare-vent qui doit me protéger du vent passant sous le véhicule. Après avoir couru durant 2h pour trouver une scie afin d’ajuster notre création, nous partons rouler sur l’autoroute pour repérer les lieux. Heureusement, je n’étais pas en vélo pour cette reconnaissance. Notre pare vent a été pulvérisé au bout de 100m seulement, à cause d’un défaut de route !

Nous oublions rapidement et passons au repérage. Après 3 tests, nous conservons les 7 km coté Est. Bien que le vent soit de face, le terrain s’y prête au mieux. Du coté opposé, il fallait gérer + de virages et surtout, 2 tunnels de quelques centaines de mètres.

 

Dimanche matin, 5h30, nous voilà debout. Nous avons RDV à 6h30 sur la A19. La pression est respirable, la concentration est au maximum. Mais nous sommes persuadés que nous pouvons atteindre notre objectif. Le vent est faible, le revêtement de la route est parfait. J’espère que je n’ai pas trop puisé mon énergie dans les runs de la veille… 

7h21 – Après un passage de reconnaissance à 80 km/h, il est l’heure de se lancer. En accord avec Pascal, qui au passage m’a bien aidé à préparer  cette tentative, nous voulons tout jouer sur le premier passage.  Nous démarrons progressivement, trop peut-être, et au passage devant notre repère « 100 km/h », nous ne sommes qu’à 89. Il va falloir mettre les watts ! Et à partir de là, plus de questions, j’ai poussé Pascal à accélérer sans cesse, quitte à me brûler les jambes. Les sensations sont de mieux en mieux et nous accélérons comme jamais. Après 3 ou 4 km d’euphorie, le vent fait tellement de bruit que je n’entends pas le klaxon de Pascal qui m’indique le début de la zone de décélération. Et à l’inverse, je le pousse à accélérer !

Après quelques secondes de panique pour Pascal, un cri de Romain qui filmait, me fait lever le nez de mon guidon, OUF !

Je finis la route seul, Pascal ayant continué jusqu’à notre point d’arrêt. Je continue, accroché à la voiture qui fermait notre convoi, tentant de voir un geste de Pascal, un signe de victoire. Mon compteur ayant beugué, je ne sais pas si notre pari est réussi. 

Puis, à quelques centaines de mètres, j’aperçois Pascal, bras au ciel. L’objectif est atteint !

Nous avons réussi, c’est fantastique, on a du mal à y croire, mais c’est réel. Le GPS indique 134 km/h.


6 runs : samedi : 92.3 / 106.2 / 111.3  dimanche : 83.6 / 134 / 113 (pour vidéo)

13 juin - Après quelques demandes d’autorisation, nous avons la possibilité de retourner sur cette fameuse autoroute vers Montargis. Cette fois, c’est la dernière occasion de l’année de pouvoir évoluer sur une « aire de jeu » aussi parfaite, l’A19 ouvre ses portes le 16 juin.

Entre la météo et les disponibilités de chacun, nous n’avons que le samedi pour pourvoir tenter d’améliorer notre record.

Cette fois, Stéphane pilotera. Il est fasciné à l’idée de découvrir cette route parfaite.

10h30 : départ. 14h45 : arrivée sur place. Nous avons la chance d’avoir un journaliste d’M6 venu immortaliser l’évènement et cerise sur le gâteau : le responsable de l’autoroute a convoqué un photographe en hélicoptère ! J’espère vous faire partager ces clichés dans quelques jours. 16h : reconnaissance des lieux, nous avons + de 15 km à notre disposition. Tout semble OK, le vent est quasi nul. 16h30 : 1er run. Stéphane est resté très prudent sur l’accélération car nous avons besoin de réponses : nous disposons d’un Espace 4, prêté par le garage Renault de Villefontaine, que nous n’avons pas testé. Mais de ce coté là, nous sommes vite rassurés, je suis bien abrité. 2ème chose, est-ce que les cuissots vont être au RDV, mais là encore je suis vite rassuré, ça va donner !

Durant tout le run, j’ai « poussé » Stéphane à accélérer. Mais au point le plus rapide, une grande courbe se dressait devant nous et j’ai eu du mal à tenir ma trajectoire. Nous avons coupé l’effort. Sans trop penser au chrono, le verdict nous rassure : 141 km/h ! Et qu’une envie, récupérer quelques instants pour nous rendre de nouveau au départ.

17h30, 2ème run. Après discussion avec le pilote, nous décidons de reculer d’1 km, pour éviter de passer cette fameuse courbe en fin de run. Et là, le run a été parfait. Nos repères de vitesse passent à merveille, l’accélération est fantastique et superbement gérée par Stéphane. Comme d’habitude, mon compteur beugue à 120, ensuite tout à la sensation. Et la sensation est là, notre record est en train d’être pulvérisé. Juste avant la courbe, Stéphane déclenche le gyrophare (nouveau moyen de communication en remplacement du klaxon), nous décélérons ensemble sans aucun soucis. Je vois qu’il a « la banane » et je ne tiens plus à l’idée de connaître notre chrono. Verdict GPS : 156 km/h !! Nous n’en revenons pas. Le compteur de l’Espace et de la moto suiveuse indique 161…en seulement 8,5 km.

Grande joie pour nous tous. L’objectif de la saison était entre 130 et 150. Mais il y a 3 mois, nous commencions à peine les tests et nous voilà récompensés de notre travail sur ce projet.

J’espère rapidement vous mettre en ligne les images d’M6.

Cette journée marque la fin de notre 1ère saison, et j’en profite pour transmettre un immense MERCI à Pascal et Stéphane, de vrais pilotes, confiance absolu !

Un grand merci aussi à Norbert, Bernard, Michel et Jean-Luc, ils se reconnaîtront.


Je profiterai d’un prochain article pour vous présenter techniquement le vélo… 

  4 runs : 83 (ech) / 141 / 156 / 101 (vidéo)
  




Analyse du run à 156 km/h :

- 23 secondes du km

- Distance du départ arrêté jusqu’à l’arrêt complet : 8860 m.

- Temps : 7’26

- Dénivelé : léger faux plat montant au 2ème km, puis ligne droite parfaite et plane sur 5,5 km.

- Cardio max : 170

- Cadence max : 146 T/min. 

- Braquet utilisé : 90 x 11 soit 17,26 m par tour de pédales. K7 11x23,  je me sers de 7 pignons sur les 10 (de 11 à 17). Au dessus, la chaine déraille, donc j’ai bloqué la butée supérieure sur le 7ème.

Le 2ème plateau (voir photo) est présent simplement pour pouvoir avoir la bonne épaisseur pour le serrage des vis commun aux 2 plateaux.
- Chaine : 130 maillons.

- Communication : je peux parler au pilote, mais pas l’inverse. Quand on arrive en zone de décélération, le pilote déclenche un gyrophare rouge placé dans le coffre, donc juste devant moi.

- Véhicule : Espace 4 DCI 130 Ch.
Test pédalier F.A.S

11 juillet 2009. Avec Stephane, Nous reprenons nos tests, avec pleins d’envies et surtout, beaucoup de réflexions pouvant nous permettre de gagner de la vitesse. Nous allons donc passer quelques temps à tester du matériel. 

A commencer ce matin par ce pédalier F.A.S. Un plateau de 48 dents (dans cette version classique) nous a permis de dépasser les 100 km/h,  et surtout de conserver une FC cardiaque très basse. De bons augures pour la suite. Prochaine étape, il nous faudra monter notre plateau de 90 dents sur ce pédalier, le compromis nous réserve de bonnes choses, c’est certains.

Dans quelques semaines, la marque CKT nous fournis un module de Chrono très rigide, qui viendra en remplacement le Time.

La saison 2009 nous a prouvé la marge de progression importante que nous pouvons poursuivre. Hutchinson, Corima et Garmin se propose de nous suivre dans l’aventure 2010.

Nous allons tout mettre en place pour vivre encore de grands moments…


2 runs : 92,2 / 102,2